Samedi 20 Août : Greffage en écusson et taille en vert des arbres palissés au verger conservatoire de Locmaria  à partir  de 14h

 Samedi 18 juin une trentaine d’adhérents se sont retrouvés au verger pour, l’éclaircissage des arbres et en faire le bilan de l’état sanitaire de ces derniers.

Claude à présenter les activités du jour à partir des panneaux fiches techniques de l’éclaircissage et la luttes contre les maladies et insectes ravageurs des arbres fruitiers
  
Eclaircissage 
Claude à détailler les techniques d’éclaircissage. La réduction du nombre de fruits s’effectue si les arbres sont surchargés. Il est alors nécessaire d’éclaircir en éliminant les petites pommes, difformes ou malades. On laisse en général une à deux pommes ou poires par bouquet et 10 à 15 fruits au maximum par m sur la branche. Les fruits les plus faibles se détachent facilement du bouquet, on peut utiliser une épinette pour supprimer les fruits bien accrochés pour éviter de casser le bouquet.
Ne pas réaliser l'opération trop tôt en raison de l’éclaircissage naturel, à partir de la saint Jean normalement les pommes présentes dans les arbres sont susceptibles de rester jusqu’à la récolte. 
Le nombre de pommes dans les arbres peut diminuer sur un coup de vent.
Cette opération permet d’avoir des fruits plus gros et d’éviter d’affaiblir le fruitier à cause d’une production trop importante, elle permet aussi d’éviter dans certains cas l’alternance des fruitiers.
Cette année une démonstration a été faite, au vu du peu de fruits sur les arbres, l'opération d’éclaircissage a été très réduite.
    
Etat sanitaire des arbres
Claude a passé en revue les principales maladies et parasites des fruitiers et a donné des solutions biologiques pour les combattre.
   
Maladies :
Chancre : Champignon qui s’attaque à l’écorce des branches. Si le chancre apparaît sur des rameaux il faut les supprimer. En cas d’attaque sur le tronc un soin peut être effectué en curant la plaie et par application d’un mélange d’huile végétale et de bouillie bordelaise.  
Tavelure et oïdium :  Ces maladies sont dues à un champignon qui se propage par temps humide. Pour limiter ces maladies les arbres doivent être bien aérés (importance de la taille). Une pulvérisation de bouillie bordelaise durant l’hiver peut être utile. A l’automne ramasser les feuilles malades pour éviter de transmettre les maladies.
Moniliose : Champignon qui s’attaque aux fruits avant maturité (fin d’été) et provoque leurs pourritures. On peut remarquer des taches blanches sur la partie marron du fruit qui est attaquée. Dès l’apparition de la maladie il faut enlever les fruits et éviter que ceux-ci ne se touchent pour limiter la propagation de la maladie, à l’automne il faut ramasser les fruits malades au sol et les feuilles. En hiver une ou deux pulvérisations de bouillie bordelaise permet de limiter le phénomène.
   
  
Insectes :
Anthonome : C’est un petit coléoptère de la famille des charançons. Les femelles pondent leurs œufs en mars ou début avril sur les boutons floraux. Les larves s’attaquent aux organes de la fleur. On peut remarquer lors d’attaque que la fleur ressemble à un clou de girofle avec les pétales enroulés. S’il y a suffisamment de fleurs, l'action de l’anthonome est limitée et provoque un éclaircissage naturel.
Pucerons : Les pucerons verts ou cendrés s’attaquent aux feuilles qui s’enroulent et perturbent la croissance de l’arbre. Cela peut-être un inconvénient pour les jeunes arbres. En général sur les arbres adultes les prédateurs (coccinelle, syrphes, chrysopes, mésanges) suffisent à les faire disparaître. Une pulvérisation se savon noir additionnée d’alcool dilué peut être utile si l’attaque est importante.   
Puceron lanigère : Ce puceron s’installe en général dans les plaies de l’arbre (plaie de coupe ou partie chancrée) et aussi sur les jeunes rameaux. Il est important de supprimer ces pucerons dès leur apparition car lorsqu’ils sont bien installés c’est difficile de s’en débarrasser. On peut l’éliminer en brossant les zones contaminées par un traitement à l'alcool et au savon noir. On peut également les brûler au petit chalumeau à gaz en prenant soin de ne pas brûler l’écorce. Ce puceron ne s’attaque pas aux feuilles.
Il faut éviter un apport trop important d’azote qui favorise l’apparition des pucerons.
Carpocapse : C’est un papillon qui vient pondre ses œufs sur les fruits. La larve qui en résulte perce un petit trou dans le fruit et en dévore les pépins. Ces fruits ne pourront pas être récoltés et tombent souvent avant maturité et le fruit pourri. La présence des oiseaux est nécessaire pour éviter que ce papillon ne prolifère.La pose de nichoirs s’avère judicieuse dans un verger. Il est nécessaire de ramasser les fruits atteints pour éviter que la larve ne pénètre dans le sol et puisse recommencer un nouveau cycle.
Orthorhynque, rhynchite : C’est un petit coléoptère appelé aussi "coupe bourgeons », sa présence est avérée par de nombreux bouts de jeunes rameaux cisaillés, cela n’a pas de conséquences sur les arbres adultes, mais peut poser problème sur les jeunes plants greffés de l'année. (Pas de traitement requis au verger, possibilité de lutte par des décoctions de tanaisie ou application de glu sur le tronc, insecte non volant)
   
En fin de séance les adhérents ont pu observer l’évolution des greffes en couronne et en écusson.
Pour la greffe en écusson l’œil reste dormant tout l’hiver et devient poussant au printemps. Lorsque le rameau atteint une dizaine de centimètres, on coupe le porte greffe en gardant un talon de 10 à 15 cm qui sert de tuteur au jeune rameau afin de guider celui-ci à la verticale. L’année suivante on supprime le talon au ras de la greffe et au besoin on rajoute un tuteur au pied du nouvel arbre. Ne pas oublier de supprimer les repousses pouvant apparaître sur le porte-greffe. 
Voir Photos
Une quinzaine d'adhérents se sont retrouvés au verger pour l'entretien général. Une débroussailleuse à lames est mise à disposition par les services techniques de la commune. 
                                               Un groupe de personnes s’est attelé à désherber et nettoyer le pourtour de l’abri et du cabanon. 
Les greffes en couronne étant maintenant terminées, nous avons pu vider la jauge à greffons que nous avons recouvert de géotextile pour la garder propre jusqu'à l'hiver prochain.
     
Nous avons débroussaillé le pourtour extérieur du verger et les endroits intérieurs inaccessibles à la tondeuse. La tonte entre les arbres a été effectuée en partie.
Le mois passé étant plutôt sec, un arrosage de la pépinière a été réalisé.
Nous avons noté la présence de pucerons lanigères sur les plants de galeuse variété particulièrement sensible à ce parasite. 

Voir Photos
Samedi 23 avril, 40 adhérents se sont retrouvés au verger de Locmaria à 14h par un beau temps. Les activités du jour sont le binage, le paillage des arbres et la greffe en couronne.
Binage et paillage :
Christian a présenté l’intérêt du binage et les avantages du paillage.
  
  
Le binage au pied des arbres est indispensable pour supprimer les herbes indésirables et obtenir un verger propre. Le fait de biner 1m2   autour de l'arbre facilite le passage de la tondeuse car il est indispensable de ne pas blesser le tronc. Le roto-fil est à bannir car il y a beaucoup de risques de blessures du tronc de l'arbre en utilisant cet outil.
Après le binage, un paillage au BRF (Bois Raméal Fragmenté) est appliqué pour éviter de biner plusieurs fois dans l'année.
Les avantages du paillage :  
* Diminution conséquente des herbes indésirables donc moins de désherbage
* Maintien de l'humidité du sol, donc diminution des arrosages.
* Constitution d'un humus de bonne qualité en grande quantité.
* Amélioration de la qualité du sol 
* Favorisation de la vie microbienne du sol
A éviter le BRF Issu de résineux qui a tendance à acidifier le sol. On peut utiliser les résidus de tonte pour pailler. 
Dans le verger de Locmaria un géotextile d’1m2    a été placé autour de chaque arbre ce qui provoque une barrière pour les adventices, empêche l’enracinement profond, permet le passage de l’eau et maintient une certaine humidité au pied de l’arbre. Ceci a pour conséquence un binage aisé et rapide.
Une couche de 5 à 10 cm de BRF est à maintenir chaque année.
   
Opérations réalisées : 
Binage-Paillage
Au cours de la séance, les pieds des arbres ont été binés, les herbes issues du binage sont ramassées pour faciliter le passage de la tondeuse dans les allées et évacuées vers les déchets. Après le binage nous avons appliqué du BRF (Bois raméal Fragmenté) pour obtenir une couche de 5 à 10cm au pied de chaque arbre. La pépinière a également été paillée.
La totalité du verger a été paillé grâce à l’aide des adhérents venus nombreux 
  
  
  
Greffage en couronne
Par la suite, des explications sur les techniques de la greffe en couronne ont été fournies.
La greffe en couronne se pratique en avril/mai lorsque la sève monte ce qui facilite le décollement de l'écorce sur le porte-greffe pour l'insertion des greffons. Le porte greffe est entaillé verticalement et seulement un côté doit être décollé, l’autre reste fixe et servira de lien avec le greffon pour la greffe.  Les greffons sont taillés en biseau à l’opposé d’un œil. Un chanfrein est pratiqué sur la partie biseauté du greffon qui sera en contact avec l’écorce du porte greffe restée fixe ainsi qu’un épaulement pour l’appui sur le porte-greffe. Il suffit ensuite d’insérer le greffon sur le porte-greffe et de ligaturer l’ensemble à l’aide d’un raphia. Il est nécessaire d’étancher la greffe à l’aide d’une cire ou d’un mastic à greffer.
  
  
  
Cette greffe a été réalisée sur un porte greffe M106 de la pépinière. La variété "Ozark gold" a été greffée en couronne par deux greffons implantés sur la périphérie du porte-greffe.
Les adhérents ont pu observer des greffes en couronne réalisés il y a quelques années et ont pu voir l’évolution de ce type de greffe.
  
        Voir Photos                                  Voir Vidéo de la greffe en couronne